Author Archives: admin

  • 0

Dégradation de la qualité de l’Internet au Mali : une atteinte au droit d’accès

Category:INFOS

Le 29 Juillet 2018, jour de l’élection présidentielle au Mali, les maliens ont constaté la dégradation de la connexion Internet et une lenteur inhabituelle pour accéder aux réseaux sociaux. La société civile TIC a déploré cette situation et a manifesté sa colère à travers divers communiqués.

Pour rappel, depuis 48 heures le fonctionnement de l’Internet est et intermittent avec un accès presque impossible aux réseaux sociaux. Ces difficultés sans précèdent et prouvent une nouvelle censure qui ne dit pas son nom.

Les organisations de la société civile TIC ont dénoncé et condamner avec la plus grande fermeté ces pratiques qui portent atteinte à la liberté d’expression et de communication des maliens sur Internet car « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » (Art : 19 DUDH.)

Aujourd’hui l’Internet est utilisé par plus de 12 millions de maliens non seulement pour communiquer, s’informer, s’éduquer et s’exprimer, mais aussi et surtout pour faire des transactions financières, créer de la valeur et maintenir les emplois, toute indisponibilité partielle ou totale de l’Internet constitue un frein à l’économie numérique et donc une entrave au développement de notre pays.

Une étude récente du Cabinet Deloitte a montré qu’une perturbation de la connexion Internet peut coûter jusqu’à 1.9% du PIB journalier du pays. La perturbation, suspension ou coupure de la connexion Internet n’est pas la solution aux défis de la sécurisation du processus électoral et autres problèmes que rencontre notre pays le Mali.

L’appel est donc lancé aux autorités maliennes compétentes en la matière (Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication et AMRTP) à ordonner le rétablissement immédiat de l’accès total à Internet et tous ses services aux citoyens maliens sans discrimination et à prendre des mesures urgentes en ce qui concerne l’application des Droits de l’Homme reconnus par les chartes Africaines et internationales concernant les droits et libertés sur Internet, notamment le respect des principes de proportionnalité, nécessité et légalité.


  • 0

G5 SAHEL : vers une « uniformisation des tarifs de communication » dès mars 2019

Category:INFOS

Communiquer au même tarif dans tous les pays du G5 sahel dont le Mali. C’est du moins l’objectif d’une proposition formulée par les experts en télécommunication du G5 Sahel. C’était hier à Ouagadougou au Burkina Faso. Cette mesure qui devrait être appliquée en mars 2019 permettra, selon des experts, de lutter efficacement contre le terrorisme en facilitant les renseignements mais aussi d’améliorer le quotidien des populations.

Les experts en télécommunication du G5 sahel ont suggéré aux chefs d’États de supprimer les frais d’itinérance téléphonique entre les pays membres de l’organisation. En clair, ils demandent l’application d’un tarif uniforme et non surtaxé de la communication internationale entre les 5 pays du Sahel.

En examinant la faisabilité de ce nouveau projet, les experts du secrétariat permanent du G5 sahel ont conclu que cette nouvelle mesure permettra non seulement aux populations des pays membres de garder leurs numéros en cas de voyage dans l’un de ces pays mais aussi de communiquer au tarif local sans frais supplémentaire. Selon eux, cela permettra également « de promouvoir la libre circulation des personnes et de leurs biens dans cette zone ».

Par ailleurs, ces spécialistes estiment aussi que cette mesure aura également des répercussions sur les gains des opérateurs de télécommunications dans ces différents pays. Ainsi, ils indiquent que ces pertes pourront être comblées par l’augmentation du flux des communications inter-Etats. Selon eux, « tout le monde est gagnant parce qu’en supprimant le surplus, vous aurez une hausse du trafic de communication ».

Cette nouvelle mesure qui pourrait voir le jour dès mars 2019 doit être plus appréhendée sous l’angle de l’intégration plutôt que celui de la lutte contre le terrorisme. C’est ce que pensent certains spécialistes des questions sécuritaires. Selon eux, cette mesure traduit la volonté des autorités du G5 sahel de faire de cette organisation un instrument de développement pour ses populations.

Avec ST


Suivez nous sur FACEBOOK

Liste des vidéos

Lire la suite

Que Rechercher-vous ?