Author Archives: admin

  • 0

Les acteurs du numérique se mobilisent pour la professionnalisation du secteur

Category:INFOS

Pour rendre plus professionnel le secteur du numérique au Mali, le Ministère de l’Economie Numérique et de la Communication, en partenariat avec l’Association des Sociétés informatiques du Mali (ASIM-Mali), avec l’appui de l’Autorité de régulation des télécommunications, TIC et Poste- (AMRTP), a organisé ce 9 Mars 2018 à l’hôtel Radisson Blu un atelier de formation sur normalisation, la professionnalisation et la régulation du secteur numérique au Mali.

Objectif de cette rencontre est de fédérer les principaux acteurs du numérique au Mali afin de faire ressortir des recommandations pouvant permettre au pays de mobiliser plus de ressources dans le secteur. Ainsi, Mohamed Diawara, président de l’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM), a déclaré que cet atelier permettra de poser les jalons d’un travail concerté afin de résoudre les problèmes récurrents auxquels le secteur numérique est confronté. Pour ce faire, il a tenu à saluer l’implication du Ministre Arouna Modibo Touré pour la réussite de cette mission.

Selon Mohamed Diawara, la régulation du secteur tient tout d’abord à la définition des concepts, la spécification des produits et services, l’identification et la catégorisation des intervenants pour bannir à jamais la concurrence déloyale. Pour gagner ce pari, Mohamed Diawara a invité les décideurs maliens à veiller à ce que le pays dispose, au plus tôt possible, d’une expertise nationale confirmée dans le numérique.

« Nous devons faire preuve de vigilance. Je plaide pour la mise en place d’un Observatoire du numérique comme premier outil du Conseil national du numérique, qui aura une mission de surveillance et de témoignage, informant les acteurs de l’état d’évolution des technologies, des normes et pratiques, des réflexions engagées et débats en cours, des pistes de solution explorées, des opportunités à saisir, des dérives constatées, des partenaires disponibles, etc. », a-t-il ajouté.

Quant au ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, il a laissé entendre : « personne ne viendra assainir le secteur numérique à notre place ». Arouna Modibo Touré a mis l’accent sur les  efforts déployés par le gouvernement dans ce sens. Il s’agit de l’adoption d’une politique nationale des TICS, élaborée en 2005 ; le plan numérique Mali 2020, adopté en juin 2015. Selon le ministre, avec ces décisions, le gouvernement malien a manifesté sa volonté de développer un secteur numérique fort, compétitif, pourvoyeur d’emplois et répondant aux besoins de modernisation et de développement.

Malgré ces efforts, force est de constater que le secteur est encore confronté à un sérieux problème d’assainissement sur le plan réglementaire, professionnel, organisationnel. Issue des travaux, plusieurs recommandations ont été formulées. Il s’agit, entre autres, de la création d’un organe consultatif regroupant les représentants de tous les acteurs de la société de l’information qui pourrait s’appeler : « Conseil National du Numérique ». Cet organe aura pour mission de s’imprégner des grands chantiers de la transition et de l’instrumentation numériques et de donner des avis  sur l’orientation politique, sociale, culturelle ou tout autre sujet relatif  au domaine et à la transformation digitale.

En plus de cela, les participants ont recommandé l’accélération du processus d’adoption et de promulgation des lois ainsi que la prise des décrets et arrêtés favorisant le développement de l’économie numérique à travers la relecture et/ou l’adoption d’une nomenclature précise des produits, services numériques et des métiers ; la définition des compétences et conditions nécessaires à l’exercice des activités professionnelles dans le secteur. Il s’agit également de  l’harmonisation des textes régissant le secteur des TIC à travers l’édition d’un recueil complet en un “Code Numérique” régulièrement mis à jour ; la formulation et le développement du concept de la ” souveraineté numérique “, pour faire plus appel aux expertises nationales dans la réalisation d’ouvrages stratégiques ; la mise en place d’un mécanisme de financement des projets de Développement du Numérique; le plaidoirie auprès des institutions internationales pour un Accès universel équitable au profit des pays n’ayant pas un accès direct au câble sous-marin afin de combler le fossé numérique ; l’orientation du financement du numérique vers les secteurs prioritaires identifiés, etc.


  • 0

Données personnelles : LA PROTECTION, UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE

Category:INFOS

Dans le sillage de la Journée internationale de la protection des données personnelles que consacre le 28 janvier, l’Autorité de protection des données personnelles (APDP), en partenariat avec l’Agence des technologies de l’information et de la communication (AGETIC) et la Coordination des associations et clubs TIC du Mali (CACTIC) a organisé, hier, une vidéoconférence à la Bibliothèque nationale.
Plusieurs représentants de services publics et privés ont pris part à cette vidéoconférence qui portait sur le thème : «La responsabilité des acteurs dans la protection des données personnelles».
La conférence était animée par le vice-président de l’APDP, Boureima Seyba, et la directrice de la technique et du contrôle de l’Autorité, Mme Sow Aminata Sidibé. Cette année, l’APDP a fait le choix d’associer à la conférence la Région de Mopti parce que la Venise malienne n’avait pu participer à la fête, en 2017, pour des raisons techniques.
Il faut admettre que notre pays connaît, depuis quelques années, un essor considérable dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ce développement a fortement impacté la vie des citoyens avec l’avènement de l’économie numérique, le partage tous azimuts de l’information, des données électroniques et l’accès au savoir.
Pour faire face au péril informatique et ses implications néfastes sur la société et sur la vie privée, le Mali a créé en 2013 un organisme indépendant dénommé : Autorité de protection des données personnelles (APDP). Il s’agissait d’assurer à toute personne physique ou morale la protection de ses données à caractère personnel, sans distinction de race, d’origine, de couleur, de sexe, de langue, de religion, de fortune, de naissance ni d’opinion et de nationalité.
La vidéoconférence visait à inciter les acteurs publics et privés à une prise de conscience quant à la nécessité de protéger les informations les concernant. Selon le vice-président de l’APDP, Boureima Seyba, il s’agit de susciter au niveau de tous les acteurs étatiques, non étatiques ou relevant des collectivités territoriales, une réelle prise de conscience. Il s’agit de les emmener au respect de la loi et des principes édictés, en matière de protection de données personnelles et de respect de la vie privée.
Il a, également, rappelé aux organismes publics et entreprises l’importance de protéger les données personnelles stockées dans leurs bases, à travers l’adoption de mesures de sécurité appropriées. Et le conférencier de conclure que la protection des données personnelles est une affaire de tous. Il appartient donc à chaque personne de veiller, scrupuleusement, à la sécurisation de ses renseignements personnels.
Au cours de la conférence, la directrice de la technique et du contrôle, Mme Sow Aminata Sidibé, a fait un rappel des missions assignées à l’APDP dans la protection des données personnelles, du traitement des données, des droits et devoirs des acteurs. Selon elle, chacun est concerné par la protection des données, à savoir les pouvoirs publics, les entreprises privées, les clients, les fournisseurs, notamment.
Vu l’importance des données personnelles, Mme Sow Aminata Sidibé ajoutera que sa structure est un instrument de veille sur le respect de la confidentialité des données informatiques et de promotion des droits.
L’APDP reste également un outil de sensibilisation et d’information sur les conséquences de l’utilisation abusive des réseaux sociaux. Elle a invité les acteurs à une bonne utilisation des données personnelles et à faire preuve de responsabilité dans la publication des données personnelles.
Les participants ont soulevé des préoccupations relatives à la mode de surveillance des données et des moyens que possède l’APDP pour le traitement et la protection des données personnelles.
D’autres questions ont eu trait aux sanctions prévues par l’Autorité en cas de divulgation, par une personne ou une structure, des informations pouvant porter atteinte à la vie privée d’une personne. Autres inquiétudes exprimées par les participants au cours de cette vidéoconférence, la cybercriminalité et l’utilisation abusive des réseaux sociaux qui requièrent une règlementation.
Les conférenciers ont insisté sur l’importance de protéger les données personnelles et de lutter contre la cybercriminalité. Selon eux, l’utilisation de l’internet et des téléphones expose chaque individu à des dangers.

Anne-Marie KEITA


Suivez nous sur FACEBOOK

Liste des vidéos

Lire la suite

Que Rechercher-vous ?